Se connecter avec nous

Actualité Boxe & Sports de Combat

L’émotif Steed Woodall croit que sa victoire sur Lerrone Richards le place dans le top 15

Publié

le

Steed Woodall a mis dix ans à devenir une sensation du jour au lendemain. Après avoir stupéfié l’invaincu Lerrone Richards vendredi soir, le super-moyen est déterminé à se maintenir sur le devant de la scène pour le reste de sa carrière.

Woodall, affichant désormais un palmarès de 19-2-1 (12 KO), a débuté sa carrière professionnelle en 2014 aux États-Unis et a passé trois ans à se battre de l’autre côté de l’Atlantique. Depuis son retour à Birmingham en 2021 après une pause de quatre ans, il attendait impatiemment l’occasion de se faire connaître du public britannique.

Sa première grande opportunité, face à Padraig McCrory à Belfast en août dernier, lui a échappé. Mais il a saisi sa deuxième chance avec détermination, arrêtant Richards, le talentueux boxeur souvent perçu comme intouchable — une caractéristique qui lui a injustement valu une faible popularité — avec une série de deux crochets dévastateurs à la sixième reprise.

« Ça fait longtemps que j’attendais ce moment. J’aurais pu le faire il y a des années, je vous l’assure. Et contre beaucoup d’autres aussi », déclare Woodall. « Je dois énormément à mon entraîneur, Paul Counihan, et à mon manager, John Pegg. Il y a eu tellement de hauts et de bas. Surtout ces 12 derniers mois, je ne sais pas comment j’ai fait pour garder le cap. J’ai travaillé à plein temps jusqu’à cette semaine. Ce n’est pas un titre mondial, mais pour moi, ça en a l’air. C’est le deuxième meilleur moment de ma vie, le premier étant la naissance de ma fille. »

Initialement prévu pour avril, leur combat avait dû être reporté en raison d’une blessure de Richards. Alors que la plupart des super-moyens bien connus évitent Richards, Woodall savait que battre l’ancien champion britannique, européen et IBO représentait son meilleur espoir de percer dans la division des 76 kg. Il a gardé son objectif en tête, a accepté le combat lorsqu’il a été proposé à nouveau et a saisi sa chance.

Désormais, Woodall compte bien rattraper le temps perdu. Il devient rapidement une figure incontournable dans l’arène des super-moyens britanniques et vise les meilleurs dans sa catégorie de poids.

« Mon entraîneur sait exactement ce que je suis capable de faire. Il le savait depuis des années », confie-t-il. « J’ai passé des années à faire des sparring avec des champions du monde, et je les ai tous mis en difficulté. Ce n’est pas un hasard. J’étais ému par tout ce que j’ai traversé, pas seulement par la victoire. Aucun manque de respect envers Lerrone. Quel champion ! Il a remporté tous les titres possibles et n’était pas obligé de se battre contre moi. Je suis classé cent ou quelque chose comme ça derrière lui dans les classements mondiaux. Cela me place maintenant dans le top 15. »

Désormais, Woodall ne compte reculer devant personne : « Tout le monde m’a dit non ces dernières années. J’ai accepté des combats à trois semaines d’avis. Allons-y. »

Trending