Se connecter avec nous

Actualité Boxe & Sports de Combat

Shakur Stevenson, pour le meilleur ou pour le pire, contrôle désormais son propre destin

Publié

le

Le défi pour Shakur Stevenson samedi dernier était clair : gagner, le faire de manière convaincante et, pour l’amour du ciel, avec style.

Cependant, comme nous le savons bien, la beauté dans le ring apparaît selon la perspective de chacun.

Stevenson, champion des poids légers à 27 ans, a une fois de plus dominé un adversaire au Prudential Center, chez lui à Newark, New Jersey. Grâce à sa vitesse, son timing et son intelligence aiguisés, il a facilement surpassé Artem Harutyunyan. Il a confirmé sa bonne forme et a rempli un contrat qu’il estime l’avoir freiné dans sa quête des plus grands combats.

À présent, Stevenson doit prouver sa valeur sans tarder.

À la fin du match, Mark Kriegel d’ESPN a osé aborder ce sujet. Rappelant que Stevenson avait déclaré vouloir montrer qu’il était « ce type », Kriegel a demandé s’il avait réussi face à Harutyunyan. Stevenson a répondu : « C’est difficile de prouver cela si l’adversaire ne se bat pas vraiment, mais cherche seulement à survivre. Mais c’est un bon combattant. Il est dur, fort, et j’aurais aimé qu’il essaie un peu plus pour rendre le combat plus amusant. »

Avec une carrière parfaite de 22-0, Stevenson a infligé leur première défaite à quatre adversaires et a battu neuf autres qui n’avaient qu’une seule défaite à leur actif. Il a surclassé des combattants de qualité comme Joet Gonzalez, Jamel Herring et Oscar Valdez. Les statistiques de CompuBox, bien qu’elles ne disent pas tout, placent Stevenson en tête du classement plus-moins, loin devant Jesse Rodriguez, Dmitry Bivol et Vasiliy Lomachenko. Il incarne parfaitement le concept de frapper sans être touché.

Cependant, Stevenson ne compte que 10 KO en tant que professionnel, dont un seul lors de ses cinq derniers combats. Son dernier retour faisait suite à une performance décevante et marquée par des blessures contre Edwin De Los Santos en novembre dernier. On pourrait blâmer ses promoteurs, mais Stevenson n’a pas encore affronté d’adversaire de très haut niveau. De plus, un article peu flatteur sur une altercation dans un parking de Miami n’a pas aidé son image.

Quant à ses prochaines étapes, il est encourageant de voir que Stevenson semble prêt à se remettre en question. Il n’a pas cherché d’excuses pour son combat contre De Los Santos, malgré des blessures sérieuses. Parlant de Harutyunyan, il a déclaré : « Je sais que j’ai tout fait pour l’éliminer. J’ai encore à travailler sur ma manière de couper le ring. »

Pour l’instant, libéré des contraintes promotionnelles, Stevenson peut tracer son propre chemin. Mais ce nouveau pouvoir implique de nouvelles responsabilités. Stevenson a-t-il un plan ?

« On verra », a-t-il confié à Kriegel. « Comme je l’ai dit, je veux affronter les meilleurs boxeurs. C’est ainsi que vous verrez la meilleure version de moi – en me mettant face à quelqu’un qui veut se battre et rivaliser. C’est comme ça que vous tirerez le meilleur de moi. »

Jason Langendorf, ancien rédacteur en chef de boxe pour ESPN.com, a également contribué à Ringside Seat et Queensberry Rules, et a écrit sur la boxe pour Vice, The Guardian et Chicago Sun-Times entre autres. Suivez-le sur X et LinkedIn, ou contactez-le par email à dorf2112@hotmail.com.

Trending