Se connecter avec nous

Actualité Boxe & Sports de Combat

La chose la plus patriotique à faire ce week-end du 4 juillet est de regarder ‘Rocky IV’

Publié

le

Un Regard Révérencieux sur "Rocky IV" : Une Montre Patriote pour le 4 Juillet

Je n’aime plus les hot-dogs ou les hamburgers. Les défilés ne m’ont jamais enchanté. En tant que propriétaire de chien, j’ai une aversion passionnée pour les feux d’artifice. Cette fête nationale du 4 juillet, que nous célébrons tout le week-end, n’est vraiment pas pour moi.

Cependant, je me considère comme un patriote. J’aime mon pays, ou du moins l’idéal de ce que mon pays pourrait être. Certains montrent leur amour en mangeant des viandes grillées et en se réjouissant de bruits forts. Je préfère une voie alternative pour afficher mon patriotisme.

En 2024, où nous espérons courageusement contre toute attente, alors que tant de choses sont en jeu, et que notre liberté semble menacée… Je crois que la chose la plus patriotique que vous puissiez faire ce week-end de fête, c’est de regarder Rocky IV.

Nous parlons d’un film qui a mis fin à la guerre froide. Certes, Ronald Reagan a peut-être rencontré Mikhail Gorbachev pour le sommet de Genève le 19 novembre 1985, deux jours avant la sortie de Rocky IV. Mais à aucun moment de ce sommet, Gorby ne s’est levé pour applaudir un Américain. Vous voulez dire qu’il y a eu d’autres facteurs qui ont joué un petit rôle dans l’effondrement de l’Union soviétique ? D’accord. Mais "L’Étalon Italien" obtient la majorité des crédits.

Pour célébrer le Jour de l’Indépendance en Amérique ce long week-end — et, de manière appropriée, à environ une semaine du retour de Jaron "Boots" Ennis sur le ring à South Philly — j’ai fait mon devoir patriotique et re-regardé Rocky IV. Voici mon journal chronométré de cette revoyure. (Pour ceux qui souhaitent suivre, le film est diffusé sur Amazon Prime Video.)

0:30 : La chanson "Eye of the Tiger" de Survivor commence, un gant de boxe étoilé et rayé entre en collision avec un gant de boxe orné du marteau et de la faucille, et nous revoyons la fin de Rocky III.

Mettons les choses au clair. Mon avis controversé sur Rocky va en énerver plus d’un : Rocky III n’est pas un bon film, et Rocky IV est une suite légèrement supérieure. J’ai grandi en pensant que Rocky III était bon, mais après une récente binge-watch avec mon fils, j’ai réalisé que Rocky III est médiocre.

Cela fait mal de l’entendre, mais beaucoup de films bien-aimés des années ’70 et ’80 sont loin d’être excellents si on les voit avec un œil non nostalgique. Caddyshack, Fletch, Fast Times at Ridgemont High, The Bad News Bears, et Top Gun sont tous bien pires que vous ne vous en souvenez.

Et avec cela, je promets d’en avoir presque fini avec la destruction de votre enfance. Revenons à Rocky IV, qui n’est pas un grand film, mais au moins meilleur que son prédécesseur surestimé.

2:00 : La relecture de Rocky III se termine avec la session d’entraînement iconique Rocky-Apollo. Apollo Creed et Carl Weathers (RIP) forment peut-être le duo acteur-personnage le plus indissociable de tous les temps.

6:30 : C’est l’heure d’une scène sexy entre Rocky et Adrian. Stallone porte un mélange entre une robe de boxeur et un costume de torero. Heureusement, le gel de l’image coupe avant que cela ne devienne trop torride.

8:05 : Nous voyons Drago pour la première fois. Nous apprenons que sa femme, jouée par Brigitte Nielsen, était une championne olympique de natation en Russie.

11:40 : Première mention du dopage sanguin et des stéroïdes. Brigitte nous distrait avec une blague sur Popeye et les épinards.

12:40 : Apollo, chez Rocky pour partager son plan d’affronter Drago, est perturbé par le robot sexy de Paulie. Apollo, retraité depuis presque cinq ans, veut revenir sous les feux de la rampe.

17:35 : The Ring met en couverture une preview d’un combat-exhibition ? Choix éditorial douteux.

19:10 : Lors de la conférence de presse, l’entraîneur de Drago, Nicolai Koloff, dit à Apollo : "Vous pouvez boxer, oui, mais vous êtes trop vieux pour penser que vous pouvez gagner contre Drago."

20:15 : Drago vs. Creed a lieu au MGM Grand de Las Vegas, mais ce n’est pas le MGM Grand que nous connaissons. Ce bâtiment est devenu Bally’s en ’86 et Horseshoe Vegas en 2022.

26:20 : Deux notables de la boxe apparaissent : Leroy Neiman en tant qu’annonceur, et Lou Filippo comme arbitre. Les commentateurs ne sont pas des spécialistes de la boxe : Stu Nahan et Warner Wolf.

29:10 : Le 1er round de Drago-Creed commence et, sincèrement, la technique de Drago est mauvaise. Il rappelle Vitali Klitschko.

30:40 : Après la cloche, Drago assomme Apollo avec cinq punchs propres. Apollo est ensanglanté et titubant, mais le combat continue. Réellement, Drago aurait dû être disqualifié.

32:15 : Apollo s’effondre après un dernier coup en super slow-motion. Rocky, par culpabilité, n’aurait jamais dû hésiter à jeter l’éponge. La mort d’Apollo est totalement de sa faute.

33:35 : "S’il meurt, il meurt." La ligne la plus iconique du film.

35:25 : La mort d’Apollo fait la Une de Rolling Stone.

36:10 : Rocky révèle qu’il se bat sans rémunération, en Russie, à Noël. Est-ce que Rocky IV est un film de Noël ? Discutez-en.

38:35 : Rocky rentre chez lui; Adrian, qui apprit par la presse que son mari allait combattre Drago, n’est pas contente. Elle fait valoir quelques bons arguments contre cette idée.

41:25 : Le premier montage musical commence, synchronisé avec "There’s No Easy Way Out" de Robert Tepper.

48:30 : "Burning Heart" démarre. Cette chanson est peut-être meilleure que "Eye of the Tiger" (bien qu’elle soit moins iconique).

52:30 : Une scène comique de Paulie, lors de la découverte de leur cabane d’entraînement en Russie : "Quelle déprimante vacance", avant de tomber dans la neige.

55:05 : Le premier montage d’entraînement. Nous voyons les méthodes primitives de Rocky contrastées avec celles de Drago en laboratoire.

1:00:00 : Un autre montage d’entraînement, cette fois ci sur "Hearts on Fire". Rocky IV est plus une longue vidéo musicale des années ’80 qu’un film proprement dit.

1:04:15 : Barry Tompkins !

1:05:15 : Faux Gorbachev !

1:08:25 : Rappel que Drago vs. Balboa est un combat non sanctionné. Il aurait probablement été sanctionné au Texas.

1:11:05 : "Je dois te briser." La troisième citation la plus mémorable du film.

1:11:45 : Balboa-Drago commence, et Drago ne rate aucun coup. Rocky tombe mais se relève, tout comme son personnage principal, préfigurant probablement le combat Usyk vs. Fury.

1:14:10 : Rocky : "Je vois trois Drago là-bas." Paulie : "Cible celui du milieu."

1:15:35 : Après le round 2, Rocky lâche plusieurs punchs après la cloche, et lève Drago. Si Rocky avait été jusqu’à casser le cou de Drago sur un tabouret et s’en sortir, ce film aurait sûrement gagné l’Oscar du meilleur film.

1:20:30 : Rounds 3-14 sont condensés en 3 minutes et demi. Drago, fatigué, est acclamé par la foule moscovite.

1:21:35 : Round 15 commence. Drago domine, mais Rocky renverse la situation et Paulie se met à hurler.

1:23:30 : Rocky attaque au corps, puis un coup de pied transforme Drago en laiton. La meilleure partie de chaque Rocky, c’est quand la musique commence à la fin du combat.

1:24:55 : Rocky, drapé du drapeau américain, prononce son discours : "S’ils peuvent changer, nous pouvons tous changer." Gorby se lève et applaudit, tout comme les officiels russes. Rocky a apporté la paix mondiale.

1:27:25 : Les crédits commencent avec Stu Nahan listé en premier, puis Stallone et tous les autres. Bizarre. Je veux l’agent de Stu Nahan comme le mien.

Profitez de vos parades, feux d’artifice et hot-dogs, tout le monde. À l’année prochaine pour mon journal de visionnage de la version réalisée par Stallone sans robot en 2021.

Eric Raskin est un journaliste expérimenté dans la boxe avec plus de 25 ans de couverture du sport pour divers médias. Il peut être contacté sur X ou LinkedIn.

Trending