Se connecter avec nous

Actualité Boxe & Sports de Combat

Kazuto Ioka, une appréciation

Publié

le

Kazuto Ioka, bien que potentiel futur membre du Hall of Fame, reste étonnamment méconnu. Pourquoi ? Une des raisons est la difficulté d’accès pour le public américain à ses combats. De plus, son compatriote japonais, Naoya Inoue, monopolise les manchettes avec son style spectaculaire.

Prenons un exemple concret : ce dimanche 7 juillet, Ioka, patron des poids coq WBA, affronte le détenteur du titre IBF, Fernando Martinez, dans un combat d’unification au Japon. Pourtant, aux États-Unis, il n’y a aucun moyen clair de suivre ce combat, et peu sont conscients de ce qu’ils manqueront.

Ioka (31-2, 16 KOs) fut le premier boxeur japonais à décrocher des titres dans quatre catégories de poids, avant même Inoue. Depuis ses débuts professionnels en 2009, il a défendu son titre à 17 reprises, un chiffre impressionnant même dans l’ère des quatre ceintures. Pourtant, il reste l’homme oublié de son époque.

Un tour rapide de son parcours s’impose. Après avoir raté les qualifications pour les Jeux Olympiques en 2008, Ioka a abandonné ses études universitaires pour se lancer dans la boxe professionnelle. Moins de deux ans et demi plus tard, il remportait son premier titre, le titre WBC des poids pailles, contre l’invaincu Kittipong Jaigrajang. Après deux défenses réussies, il affronta Akira Yaegashi dans le premier combat d’unification de l’histoire de la boxe entre deux Japonais.

En décembre 2012, lors de son 11e combat, Ioka monte en poids et remporte le titre vacant WBC des poids mi-mouches en battant Jose Alfredo Rodriguez, qui n’avait alors qu’une seule défaite. Ioka a montré sa puissance en mettant Rodriguez au tapis trois fois avant d’obtenir un arrêt au sixième round. Après trois défenses réussies, il subit sa première défaite en tentant de devenir champion dans une troisième catégorie de poids en mai 2014. Après un combat serré, il perd une décision partagée face à Amnat Ruenroeng, dont la qualité sera soulignée par des victoires contre John Riel Casimero et Zou Shiming.

En 2015, Ioka réalise son rêve de devenir champion dans trois divisions en battant Juan Carlos Reveco pour le titre WBA des poids mouches par décision majoritaire. Ce combat illustre un thème récurrent dans la carrière d’Ioka : obtenir des résultats excellents sans forcément enflammer le monde. Contrairement à Inoue, réputé pour ses KO en un coup de poing, Ioka remporte des combats serrés et compétitifs contre des adversaires sous-estimés.

Il a cependant inversé cette tendance lors de la revanche contre Reveco en le stoppant au 11e round. Ioka a failli affronter Juan Francisco Estrada cette année-là, mais Estrada a abandonné le titre WBA « super » pour monter en catégorie super-mouche. C’est une opportunité perdue que l’on peut maintenant regretter, mais Ioka a fait cinq défenses avant de monter de catégorie lui-même et de se battre pour la première fois aux États-Unis en 2018, lors de l’événement ‘Super-Fly’, où il bat McWilliams Arroyo par décision unanime. Malgré la présence des médias japonais en Californie à cette occasion, cela reste son seul combat aux États-Unis.

Lors de la Saint-Sylvestre 2018, Ioka perd une décision partagée face à la légende philippine Donnie Nietes pour le titre vacant WBO des poids super-mouches. Certains aux abords du ring pensaient qu’Ioka méritait la victoire.

Six mois plus tard, après que Nietes ait abandonné ce titre, Ioka stoppe Aston Palicte au 10e round pour s’emparer du titre vacant. Quatre défenses impressionnantes ont suivi : il bat Jeyvier Cintrón aux points, met KO la star montante invaincue Kosei Tanaka en huit reprises, bat Francisco Rodriguez Jr sur 12 rounds avant d’égaliser les comptes avec Nietes en 2022 grâce à une victoire aux points.

Un combat d’unification intrigant avec Joshua Franco pour le titre WBA s’en est suivi. Ce duel s’est terminé par un match nul, et la vidéo largement partagée du combat provient d’un livestream Instagram depuis le téléphone de l’ancien champion Mikey Garcia.

Ioka et Franco se sont affrontés à nouveau, et bien qu’il ait dû renoncer à son titre WBO pour cela, Ioka a remporté une large décision unanime après que Franco n’ait pas réussi à faire le poids. Bien que le palmarès et les distinctions d’Ioka méritent considération, il reste constamment exclu des listes des meilleurs combattants toutes catégories confondues en raison du manque de notoriété mondiale. Obtenir des articles en anglais relevait d’un exploit.

Il mérite mieux. C’est un gladiateur avec un second souffle redoutable, capable de cogner fort, mais son style ne s’adapte pas aux clips de 60 secondes prisés par la génération TikTok. Apprécier son art demande une certaine expertise.

De plus, Ioka a toujours vécu dans l’ombre de quelqu’un d’autre – d’abord celle de ‘Chocolatito’ Gonzalez, puis Estrada, et maintenant ‘Bam’ Rodriguez. Le fait de ne jamais avoir décroché un combat contre un grand nom dans les catégories inférieures a indéniablement affecté son statut.

Ioka affrontera un adversaire de taille en la personne de Martinez (16-0, 9 KOs), un cogneur argentin qui a battu à deux reprises l’ancien détenteur du titre IBF, Jerwin Ancajas. Une fois de plus, le combat ne sera probablement pas disponible en direct pour un public mondial. Martinez présente des risques similaires mais n’a pas l’attrait de noms comme Estrada ou Rodriguez. On pourrait se demander quel aurait été son héritage s’il avait affronté de plus grandes stars ou si ses combats avaient été davantage télédiffusés, mais Ioka aime combattre, reste actif et affronte des adversaires dangereux. Sa méthodologie lui permet d’atteindre ses objectifs.

Ioka n’est peut-être pas le meilleur pour les interviews et ses combats peuvent sembler peu dynamiques aux yeux non avertis. Il lui manque une certaine aura de star, mais cela ne diminue en rien ses réalisations notables. Il mérite une plus grande exposition mondiale et qu’on reconnaisse véritablement son talent.

Avec ‘Bam’ à la recherche d’un défi, il n’est pas étonnant qu’il soit venu au Japon pour observer.

Trending