Se connecter avec nous

Actualité Boxe & Sports de Combat

Journal de la semaine du combat Devin Haney-Ryan Garcia : Premier jour à découvrir

Publié

le

Mardi 16 avril, le monde de la boxe est en ébullition. Ryan Garcia, ce jeune prodige que l’Amérique tient comme le futur visage de la boxe, ne joue pas un rôle. Il vit – et respire – la boxe avec une intensité rarement observée.

Lorsqu’il affrontait Gervonta « Tank » Davis à Las Vegas en avril 2023, Garcia exposait cette énergie nerveuse, presque palpable, que l’on ressent face à son plus grand défi. Au fur et à mesure que la pesée de ce combat approchait, il devenait de plus en plus évident qu’il luttait pour atteindre le poids convenu de 61,69 kg. Passer sous la barre semblait devenir un combat dans le combat.

Pourtant, observer Ryan un an après, c’est contempler un homme transformé, dont la sérénité aurait presque quelque chose de perturbant. Là où il semblait naguère naïf face au toujours calculateur Davis, aujourd’hui, cette innocence est absente; Garcia se tient plutôt comme un guerrier prêt pour la bataille.

Son utilisation, que certains qualifient d’imprudente, des médias sociaux depuis l’annonce de son combat contre Devin Haney au Barclays Center de Brooklyn suggère qu’il se débat avec des problèmes de santé mentale, suscitant chez certains l’idée qu’il est au bord de la rupture. Pourtant, son comportement laisse transparaître un homme davantage en quête d’attirer l’attention, de promouvoir son combat que de réellement montrer qu’il n’est pas prêt à entrer sur le ring.

Son allure lorsqu’il est apparu sans haut, muscles saillants, comme s’il était prêt pour un combat en welter plutôt qu’à la limite super-légers pour défier Haney pour le titre WBC, était digne d’un potentiel visage de la boxe américaine. Sa présence athlétique était indéniable alors qu’il arrivait sous le soleil de Manhattan, pantalon déchiré révélant des poids à la cheville, à l’Empire State Building. Son apparition, surpris par de forts vents au 86ème étage, incarnait un défi aux éléments naturels autant qu’à ses detracteurs.

Devin Haney, à l’opposé, arrivait bien couvert, peut-être en signalant la manière dont un boxeur tente de maintenir son poids de manière saine. La confrontation mentale entre les deux hommes était palpable, García semblant défier son environnement autant que ses adversaires.

Si García brave le grand froid, ce n’est pas le vent glacial qui le menace le plus, mais plutôt le regard impitoyable et les intimidations des Haneys. La prestation de Regis Prograis face à ces mêmes menaces lors de son combat contre Haney en décembre a été saluée, surtout face à l’entrée tardive des Haneys ce mardi – un écho peut-être à la frustration exprimée par Garcia vis-à-vis du manque de ponctualité de Davis l’année passée.

Malgré les tentatives d’intimidation, Garcia, contrairement à Prograis qui embrassait son rôle d’outsider avec une certaine joie, répondait avec une férocité qui inquiétait; par moments, il grondait comme un animal, et mordait son doigt entre ses dents.

En somme, Ryan Garcia, à travers ces épreuves et tribulations, se dresse comme une figure complexe de la boxe contemporaine – entre lumière et ombres, sérénité et tempêtes intérieures, promesse et pression. Sa route vers le sommet est pavée d’incertitudes, mais aussi d’un talent indéniable qui fait espérer des combats mémorables.

Trending