Se connecter avec nous

Actualité Boxe & Sports de Combat

Dmitrii Bivol contre Malik Zinad : Aperçu du Grand Combat

Publié

le

Souvent, les remplaçants de dernière minute ne sont guère une amélioration par rapport à l’adversaire initial. Pauvre Malik Zinad, il n’allait jamais être perçu comme une amélioration par rapport à Artur Beterbiev, blessé. Zinad a été engagé il y a un mois pour l’un des combats les plus attendus de l’année, alors que Beterbiev se préparait à affronter Dmitrii Bivol.

Bivol contre Beterbiev est l’un des duels les plus prometteurs de cette génération, un affrontement incontesté qui devait opposer Bivol, détenteur du titre WBA, au roi des ceintures IBF, WBC et WBO, Beterbiev. Malheureusement, Beterbiev s’est blessé au ménisque lors de l’entraînement il y a un mois, nécessitant un report du combat à plus tard cette année. Une blessure sévère, qui prendra des mois à guérir.

Le combat de Bivol a été maintenu ce week-end en Arabie Saoudite, mais l’engouement pour son duel avec Zinad est moindre. L’attention s’est plutôt tournée vers les poids lourds de la soirée, en particulier Deontay Wilder contre Zhilei Zhang. Néanmoins, Bivol fera tout son possible pour préserver la lucrative carotte qui l’attend si lui et Beterbiev finissent par s’affronter, ce qui promettrait d’être l’un des meilleurs combats possibles aujourd’hui.

Zinad joue ici le rôle de l’obstacle imprévu, la peau de banane qui pourrait causer des maux de tête si Bivol perd sa concentration. Cependant, il est difficile d’imaginer un tel scénario. Bivol est considéré comme l’un des meilleurs combattants toutes catégories confondues. Sa victoire convaincante sur Canelo Alvarez en 2022 l’a rendu très prisé, même si commercialement il n’atteint pas le statut de Canelo.

Depuis, Bivol a disputé seulement deux combats, remportant des victoires claires contre Giberto Ramirez en novembre 2022 à Abu Dhabi (la seule défaite en 47 combats de Ramirez), et contre le concurrent de Manchester, Lyndon Arthur, le 23 décembre en Arabie Saoudite. Zinad est solide et maintient Bivol actif, sans – on peut l’imaginer – représenter une menace majeure. Malgré des coups puissants, l’Australien Jerome Pampellone l’a emmené jusqu’à une décision majoritaire lors de son dernier combat. Zinad était encore actif et vigoureux dans le 12ème round, frappant Pampellone de son fameux droit tout en restant en forme et alerte. Il n’y a aucun doute sur son endurance.

Quant à Bivol, aller jusqu’au bout des 12 rounds n’est pas un souci, l’ayant fait lors de ses neuf derniers combats — dix si l’on compte son arrêt au dernier round contre Sullivan Barrera en 2018. Il a accumulé une expérience inestimable contre des adversaires comme Barrera, Isaac Chilemba, Jean Pascal, Joe Smith, Canelo et Ramirez.

À 33 ans, Bivol semble à son meilleur niveau. Même s’il n’est peut-être pas aussi motivé par le combat de samedi qu’il l’aurait été face à Beterbiev, il reste discipliné et talentueux. Cette opportunité devrait inspirer Zinad à saisir cette chance qu’il dit attendre depuis longtemps. Comme Bivol, le challenger est invaincu avec un bilan de 22-0, mais avec 16 victoires par arrêt contre seulement 11 pour Bivol. Cependant, le niveau des adversaires de Bivol est bien plus élevé.

Zinad est un pugiliste expérimenté, ayant boxé à Malte, en France, en Hongrie, en Slovénie, en Allemagne, en Angleterre, en Écosse, en Belgique, au Luxembourg et, dernièrement, en Australie. C’est là-bas qu’il a remporté la victoire qui l’a conduit ici, en battant Pampellone, également invaincu (18-0), par une décision majoritaire après 12 rounds physiques en avril.

Zinad est complet. Il a un bon double jab, un style décontracté et il est dangereux avec son droit qui suit le gauche. Il ne néglige pas le travail du corps non plus, mais c’est sa droite qui fait le plus de dégâts. Bivol, quant à lui, est très vigilant avec sa garde haute, surveillant de près les mains droites adverses. Même lorsque cette droite suit le jab, Bivol arrive souvent à la bloquer avec ses gants. Zinad, de son côté, doit faire attention à la combinaison classique jab-droit de Bivol, qui le mène souvent à des poignées de points.

La victoire contre Canelo s’était déroulée chez les mi-lourds, un terrain familier pour Bivol depuis qu’il est passé professionnel en 2014. Il est probable que le Bivol qui a peiné contre Craig Richards n’éblouisse pas face à Zinad non plus. Il a affiché une performance de labeur contre Arthur l’année dernière, et c’est tout ce dont il a besoin ici : jouer les pros, ne pas prendre de risques, accumuler les points et préserver absolument le combat contre Beterbiev pour la fin de l’année.

Trending