Se connecter avec nous

Actualité Boxe & Sports de Combat

Colombais Mendoza, la puissance à surveiller : l’évolution de l’alerte Turner

Publié

le

Henry Turner, surnommé « The Showman », rend hommage à ses racines familiales à chaque fois qu’il monte sur un ring de boxe. Issu d’une famille qui gérait des fêtes foraines à travers le pays, Turner a naturellement adopté ce surnom. Aujourd’hui, cette appellation prend tout son sens puisque Turner continue de briller dans l’univers de la boxe.

« Quand vous êtes enfant, c’est la vie dont vous rêvez. Vous sortez, voyez vos amis et vous amusez dans les fêtes foraines, » confie Turner au site spécialisé BoxingScene. Avec un palmarès invaincu de 12-0, dont 4 par KO (soit environ 63,5 kg), le super léger ne cache pas ses racines. « Nous sommes toujours très proches de la communauté des forains. Ma sœur s’est même mariée dans ce milieu, elle continue de le faire vivre. »

Turner, âgé de 23 ans, a su transiter de la gestion des stands de tir, des waltzers et des stands de sucreries à un jeu bien plus périlleux : la boxe. En l’espace de 12 mois, il a su élever son rang dans la catégorie des super-légers en Grande-Bretagne, en battant des adversaires de haut niveau tels que Tom Farrell et Billy Allington. Reconnu pour sa technique et sa puissance croissante – il a mis KO trois de ses quatre derniers adversaires – Turner s’épanouit en tant que combattant complet.

Son prochain défi ? Un combat contre le Colombien Maykol Mendoza, au palmarès de 16-4, dont 14 par KO, au célèbre York Hall de Londres. « Les deux derniers combats étaient nationaux et j’ai élevé le niveau à chaque fois. Je devais affronter un autre Britannique mais il s’est blessé. Donc, je me mesure à un Colombien avec une frappe redoutable. C’est le genre de combat qu’il faut accepter pour atteindre ses objectifs, » explique Turner.

Malgré le mystère entourant Mendoza, les fans britanniques sont bien conscients du danger que représente un Colombien doté d’une puissante frappe. Breidis Prescott, également originaire de Barranquilla, a marqué les esprits en 2008 en mettant KO Amir Khan en moins d’un round à Manchester.

Pour se préparer à affronter Mendoza, Turner s’entraîne aux côtés de Sam Noakes, champion britannique et du Commonwealth des poids légers, qui disputera le titre européen le même soir. Ensemble, ils partagent de précieux rounds d’entraînement. Turner analyse déjà Mendoza : « Il n’est pas aussi agressif. Il frappe en reculant. J’ai déjà affronté un Argentin au bon palmarès de KO qui était offensif. J’ai donc préparé ce combat en m’entraînant avec Sam Noakes. Si Mendoza veut avancer, je pense que je serai prêt. Sam Noakes est l’incarnation même de l’agressivité. »

Dans l’antre du ring, « The Showman » ne cherche pas seulement à gagner ; il porte l’héritage d’une vie entière passée au sein de la communauté des forains, prêt à démontrer que le spectacle doit continuer, quel que soit le combat.

Trending