Se connecter avec nous

Actualité Boxe & Sports de Combat

Alex Dilmighani Heureux de Quitter le Royaume-Uni pour Repartir de Zéro en Amérique

Publié

le

Il y a cinq ans, le globe-trotter Alex Dilmaghani retournait en Grande-Bretagne et animait les écrans de télévision grâce à des combats spectaculaires.

Tout a commencé par un match nul après une rencontre exceptionnelle avec Francisco Fonseca. L’année suivante, il a été stoppé dans le dernier round d’un combat éprouvant contre Samir Ziani, alors champion d’Europe des poids juniors légers. Dilmaghani menait aux points après 11 rounds. Malgré ces résultats, son style captivant aurait dû sécuriser son avenir au niveau des titres. Cependant, bien que ces combats aient été diffusés sur Channel 5, il n’a pas réussi à obtenir une chance face aux meilleurs boxeurs britanniques.

Il a dû faire face à des retraits tardifs, des maladies et, peut-être pire que tout, de longues périodes d’inactivité. Ses seules apparitions sur le ring se sont faites lors de combats discrets au Danemark et en France. Malgré ces obstacles, Dilmaghani n’a jamais cessé de s’entraîner. Jour après jour, il se rendait à la salle de sport, s’entraînant et boxant sans garantie de récompense à l’horizon.

Heureusement, ces problèmes sont désormais derrière lui. Travaillant désormais avec ProBox TV, il reprend sa carrière en affrontant vendredi à Washington, D.C., le Mexicain René Tellez Giron (19-3, 12 KOs). « Je vois la boxe comme une nouvelle journée de travail ; je suis expérimenté et c’est juste un jour de plus », confie-t-il à BoxingScene. « Certains vont au travail de neuf à cinq. Moi, je lace mes gants, je me bats et advienne que pourra. C’est ce qui me distingue de beaucoup de combattants. »

« Je suis un vrai retour dans le temps. Les gens dans la boxe le savent. Je suis fier d’être un vrai guerrier. Je vais offrir un spectacle fantastique. » René Tellez Giron est un adversaire solide, qui a battu l’Américain George Acosta en février. Mais il ne devrait pas poser trop de surprises à Dilmaghani, qui, grâce à ses années d’entraînement sous la houlette du réputé Nacho Beristain au Mexique, est bien préparé. Durant cette période, Dilmaghani a partagé la salle avec des centaines de boxeurs mexicains peu connus mais résistants.

« J’ai du respect pour lui parce que j’en ai pour tout combattant qui monte sur le ring avec moi, mais c’est un style que j’ai vu plusieurs fois », déclare Dilmaghani. « Ça va être un bon combat, c’est un bon adversaire. Chaque adversaire est difficile car on est à un niveau élevé. J’ai beaucoup travaillé et ça va être un grand combat sur une grande plateforme. J’ai hâte. »

« J’ai plusieurs cordes à mon arc. Je peux boxer, me battre et faire plusieurs choses. J’ai montré que je pouvais être agile et combattre à l’intérieur ou à l’extérieur. Si je lui enlève son plan A, a-t-il un plan B? On verra bien. »

Dilmaghani se sent plus confiant que jamais, après avoir passé des milliers d’heures à s’entraîner au cours des dernières années. Il voit ce combat contre Giron comme une opportunité non seulement de prouver sa valeur, mais aussi de se faire un nom sur une nouvelle scène, aux États-Unis, souvent considérée comme la Mecque de la boxe.

Travailler avec ProBox lui a ouvert de nouvelles perspectives. Son affrontement avec Giron fera partie de la sous-carte de la défense du titre WBA junior lightweight de Lamont Roach contre Feargal McCrory. Une performance impressionnante pourrait le faire entrer dans les conversations des amateurs et professionnels du milieu de la boxe.

« J’ai maintenant un promoteur avec des dates de combats régulières », dit-il. « Je vais être à la salle, perfectionner mon art et combattre régulièrement. C’est un nouveau chapitre excitant de mon parcours. »

En tant que véritable combattant, Dilmaghani a toujours relevé des défis tout au long de sa carrière et est prêt à boxer n’importe où, n’importe quand. Il est déterminé à offrir un grand spectacle au public américain et à faire tout ce qu’il faut pour remporter une victoire éclatante.

« Je suis fait différemment. Mentalement et physiquement, je suis prêt. J’ai combattu de nombreuses fois mais, désormais, personne ne veut m’affronter. Je suis véritablement évité. »

Il est convaincu que son histoire pourrait un jour être adaptée en film, grâce à sa persévérance et son inspiration. Après des années d’incertitude, Dilmaghani entrevoit enfin une lumière au bout du tunnel avec de grandes opportunités en perspective.

« J’ai finalement des grands combats – et beaucoup de combats – de prévus. C’est formidable. »

Trending