Se connecter avec nous

Actualité Boxe & Sports de Combat

Une colère contenue: la plus redoutable des menaces

Publié

le

Dans le monde impitoyable du combat, Tyson Fury est un nom qui résonne avec autorité, un colosse dont les prouesses sur le ring ne sont plus à prouver. Le voilà aujourd’hui au cœur des discussions, notamment à cause de sa transformation physique notable, un sujet sur lequel Malik Scott, ancien adversaire de Fury devenu entraîneur de Deontay Wilder, porte un regard expert.

La carrière de Fury est émaillée de combats mémorables, mais son dernier affrontement en octobre contre le novice en boxe, Francis Ngannou, a laissé une part de son public sur sa faim. Malgré une victoire aux points, après avoir été envoyé au tapis au troisième round, certains n’ont pas manqué de critiquer sa condition physique, le jugeant « peu préparé » et « chanceux » de ne pas avoir essuyé une défaite. Suite à ces critiques, le détenteur du titre WBC s’est engagé dans une préparation plus rigoureuse, prête à défendre sa couronne contre Oleksandr Usyk (21-0, 14 KO) ce samedi 18 mai à Riyadh, en Arabie Saoudite.

Malik Scott, s’exprimant lors d’une récente interview avec Sean Zittel, a noté cette transformation physique de Fury, anticipant un combat d’autant plus difficile pour Usyk. « Le poids de Fury a baissé. Quand Fury s’allège, cela signifie qu’il s’entraîne très dur. Il ne peut pas perdre du poids en s’entraînant juste deux fois par semaine. Pour atteindre ce poids et cette forme, il doit redoubler d’effort, » révèle Scott. « Son corps témoigne de son travail acharné, et le voir en grande forme rend le combat encore plus intéressant, posant plus de défis à Usyk. »

En 2018, lors de son premier affrontement avec Wilder, Fury affichait 116 kg sur la balance, une agilité remarquable lui permettant de se relever à deux reprises du sol pour décrocher un match nul contre le puissant américain au Staples Center de Los Angeles. Dans leurs combats ultérieurs, le poids de Fury a augmenté, culminant à 123,8 kg puis 125,6 kg, optant pour une approche plus offensive qui a séduit les fans avec des KO spectaculaires.

Malgré ces succès et un style de combat plus engageant, Scott reste nostalgique du « vieux » Fury, celui qu’il considère comme étant le plus naturel et le plus captivant à regarder. « J’aime le Fury plus léger, celui qui bouge beaucoup, qui feinte, qui utilise des leurres visuels et qui est toujours en rythme. Quand il est dans cette condition, c’est là qu’il est véritablement lui-même. »

Ce samedi, contre Usyk, Fury a donc l’occasion de marquer les esprits, non seulement avec ses poings mais aussi avec sa condition physique retrouvée, prouvant ainsi à ses détracteurs qu’il demeure l’un des grands noms des poids lourds, capable d’adapter son style et sa stratégie en fonction de son adversaire et des enjeux.

Trending