Se connecter avec nous

Actualité Boxe & Sports de Combat

« Mots Combattants » — Les meilleurs olympiens devenus combattants professionnels depuis 2008, Partie 1

Publié

le

Alors que les Jeux Olympiques d’été de cette année débuteront plus tard ce mois-ci, avec les premiers matchs de boxe prévus pour le 27 juillet dans la région parisienne, les téléspectateurs assisteront au summum de la boxe amateur — l’aboutissement de nombreuses années de combats et d’entraînements pour ces hommes et ces femmes en quête de cette opportunité.

Certes, atteindre les Jeux Olympiques — sans parler de décrocher une médaille — n’est pas forcément gage de succès chez les professionnels.

Depuis 2008, plus de 1 100 boxeurs et boxeuses ont participé aux Jeux Olympiques, bien que ce chiffre soit légèrement inférieur en raison des combattants ayant participé à plusieurs Jeux. Parmi ces 1 000+ boxeurs, 55 ont remporté des titres mondiaux majeurs après être passés professionnels. Et parmi les 178 médaillés depuis 2008, seulement 20 sont devenus champions du monde.

Douze d’entre eux ont décroché l’or : Nicola Adams, Robson Conceicao, James DeGale, Anthony Joshua, Vasiliy Lomachenko, Ryota Murata, Lauren Price, Robeisy Ramirez, Claressa Shields, Katie Taylor, Oleksandr Usyk et Zou Shiming.

Trois ont remporté l’argent : Denis Berinchyk, Beatriz Ferreira et Shakur Stevenson.

Et cinq ont gagné le bronze : Murodjon Akhmadaliev, Marlen Esparza, Oleksandr Gvozdyk, Yordenis Ugas et Deontay Wilder.

Pourquoi une telle disparité ? Certaines médailles correspondent mieux aux styles de la compétition amateur ou manquaient simplement de développement suffisant pour triompher dans les échelons professionnels. Par exemple : Muhammad Abdullaev avait battu Miguel Cotto lors des Jeux de 2000, mais Cotto a largement dominé Abdullaev chez les professionnels et a accompli bien plus dans la catégorie poids super-légers.

Il y a aussi ceux pour qui la boxe professionnelle n’est pas une priorité ou sont découragés par leur pays de s’y engager. D’autres boxeurs, qui échouent tôt dans leur parcours olympique, comme Cotto, grandissent et s’épanouissent par la suite. Parmi les 55 champions du monde actuels et anciens cités dans ces deux articles, 35 n’ont pas accédé aux tours de médailles.

Il y a 19 autres olympiens qui n’ont pas encore remporté de titres mondiaux mais qui sont classés dans le Top 10 de leurs divisions respectives par Ring Magazine ou le Transnational Boxing Ratings Board (TBRB). Beaucoup d’autres ont été classés au sommet de leur carrière, avant la publication de ces articles.

Tout cela signifie qu’il y a des tonnes de champions, y compris de nombreux membres du Hall of Fame, qui n’ont jamais participé aux Jeux Olympiques.

Certains ont échoué lors des qualifications olympiques. D’autres ont estimé qu’il valait mieux être payé plus tôt plutôt que de renoncer à quelques années de plus pour espérer l’or, surtout dans cette ère où, aux États-Unis du moins, la boxe olympique n’est plus le tremplin vers la célébrité qu’elle était autrefois. Le reste n’a même jamais envisagé de participer aux Jeux.

Néanmoins, parcourir les récentes épreuves olympiques révèle de nombreux boxeurs qui étaient prometteurs à l’époque et qui ont depuis tenu cette promesse.

Jetons donc un coup d’œil sur les Jeux Olympiques de 2008 à Pékin, de 2012 à Londres et de 2016 à Rio. Nous inclurons également les Jeux de 2020, qui ont finalement eu lieu en 2021 à Tokyo en raison de la pandémie, bien qu’ils soient encore majoritairement des prospects en cours de développement.

Dans la partie 1, nous examinerons les champions linéaires, les champions du monde actuels et d’autres principaux adversaires et prospects actuellement classés par Ring ou TBRB.

Dans la partie 2, qui sera publiée dans les prochains jours, nous nous pencherons sur les anciens champions en activité et retraités.

Les boxeurs dans chaque section sont listés par ordre alphabétique.

Les Champions Linéaires

Artur Beterbiev (Russie) :
Beterbiev ne médailla jamais aux Jeux Olympiques, subissant une défaite très controversée en 2008 et rencontrant Oleksandr Usyk en 2012. En tant que professionnel, cependant, Beterbiev est invaincu, régnant en poids mi-lourds depuis son TKO en 2019 contre un autre olympien, Oleksandr Gvozdyk. Son sixième combat attendu avec impatience est un affrontement avec Dmitriy Bivol pour couronner un champion incontesté à 79 kg (175 livres).

Teofimo Lopez (Honduras) :
Lopez a été éliminé lors de son unique match olympique en 2016 contre le médaillé d’argent Sofiane Oumiha. En tant que pro, Lopez a des hauts et des bas, bien que ses hauts aient fait de lui le roi des légers (grâce à une victoire sur Vasiliy Lomachenko) et le champion linéaire chez les super-légers (après une victoire contre Josh Taylor).

Savannah Marshall (Grande-Bretagne) :
Marshall, qui a perdu en quart de finale poids moyens en 2012 et 2016, a décroché le titre WBO à 72,5 kg (160 livres) laissé vacant par Claressa Shields. Elle a défendu ce titre avec succès avant de perdre contre Shields en 2022 pour le championnat incontesté des poids moyens. L’an dernier, Marshall est montée à 76 kg (168 livres) et a détrôné Franchon Crews-Dezurn pour devenir la nouvelle reine incontestée des supers-moyens.

Jai Opetaia (Australie) :
Opetaia a été évincée lors de son combat inaugural en 2012. Une décennie plus tard, il a remporté la ceinture IBF des poids lourds-légers et le titre linéaire avec une décision contre Mairis Briedis.

Lauren Price (Grande-Bretagne) :
Price a remporté l’or des poids moyens en 2021 et est maintenant la championne linéaire des poids mi-moyens et détentrice du titre WBA, ayant détrôné Jessica McCaskill par décision technique en mai dernier.

Claressa Shields (États-Unis) :
Shields a remporté l’or en 2012 et 2016, a débuté en pro en devenant championne unifiée chez les super-moyens, et est depuis devenue la championne incontestée des poids moyens et super-mi-moyens. Elle affrontera Vanessa Lepage-Joanisse ce mois-ci pour deux titres dans la catégorie féminine des 79 kg (175 livres).

Katie Taylor (Irlande) :
Taylor a remporté l’or chez les légers en 2012 mais n’a pas répété cet exploit en 2016. Elle devint pro, décrocha son premier titre mondial en 2017, continua d’ajouter des ceintures et devint championne incontestée des légers en 2019. Taylor, après un passage en super-légers, va défendre son trône face à Amanda Serrano plus tard cette année.

Oleksandr Usyk (Ukraine) :
Après avoir perdu en quart de finale en 2008, Usyk a remporté l’or en 2012 chez les lourds. Il est devenu champion incontesté des poids lourds-légers avant de s’élever pour décrocher trois ceintures mondiales. Usyk a battu Tyson Fury en mai pour devenir le champion incontesté des poids lourds.

Champions du Monde Actuels

Janibek Alimkhanuly (Kazakhstan) :
Quart de finaliste des poids moyens en 2016, il détient actuellement les titres IBF et WBO des poids moyens.

Denys Berinchyk (Ukraine) :
Médaillé d’argent en 2012, il a récemment remporté son premier titre mondial en prenant une décision divisée sur Emanuel Navarrete pour le titre vacant WBO des légers.

Robson Conceicao (Brésil) :
Conceicao a remporté l’or des poids légers en 2016. Il triomphe dans sa quatrième tentative pour le titre mondial en remportant une décision partagée controversée contre O’Shaquie Foster pour le titre WBC des super-plumes.

Beatriz Ferreira (Brésil) :
Médaillée d’argent chez les légers en 2021, elle décroche la ceinture IBF vacante cette année.

Natasha Jonas (Grande-Bretagne) :
Quart de finaliste contre Katie Taylor en 2012, Jonas passe chez les poids super-welters et gagne un titre vacant avant de s’unifier. Actuellement championne IBF des poids welters.

Vasiliy Lomachenko (Ukraine) :
Double médaillé d’or (2008, 2012). L’un des meilleurs boxeurs amateurs de tous les temps, il est devenu triple champion du monde professionnel.

Contenders et Top Prospects Actuels

Efe Ajagba (Nigéria) :
Quart de finaliste chez les super-lourds en 2016, classé 10ᵉ par Ring.

Joshua Buatsi (Grande-Bretagne) :
Médaillé de bronze chez les mi-lourds en 2016. Classé 4ᵉ par Ring à 79 kg (175 livres).

Gary Antuanne Russell (États-Unis) :
Quart de finaliste chez les super-légers en 2016. Classé 10ᵉ par Ring.

Trending