Se connecter avec nous

Actualité Boxe & Sports de Combat

L’ancien partenaire d’entraînement s’attend à une récupération complète pour Artur Beterbiev avant son combat avec Dmitrii Bivol

Publié

le

Artur Beterbiev, le champion unifié des poids mi-lourds (IBF, WBO et WBC), est un combattant redouté par ses pairs. Son ancien partenaire d’entraînement, Dan Azeez, est convaincu que Beterbiev n’aurait pas accepté le nouveau rendez-vous du 12 octobre face à Dmitrii Bivol sans être certain d’être prêt.

En mai, Beterbiev a subi une rupture du ménisque, une blessure qui, à 39 ans, menace potentiellement de mettre fin à sa carrière. Cette contrariété est un défi majeur, d’autant plus que son adversaire, Dmitrii Bivol, âgé de 33 ans et champion WBA, est considéré comme l’un des meilleurs boxeurs au monde. Et pourtant, Azeez – qui a récemment partagé l’affiche avec le Croate Hrvoje Sep, un combat terminé sur un nul en huit rounds – refuse de croire que Beterbiev monterait sur le ring sans être à son meilleur niveau.

Azeez, ayant participé à plusieurs camps d’entraînement de Beterbiev au Canada, connaît bien le sérieux et la méthode de l’équipe du Russe. Il a confié : « Ils n’auraient pas accepté octobre s’ils n’étaient pas sûrs qu’il serait prêt. Beterbiev est minutieux. Ils prendront leur temps et attendront. S’ils doivent perdre leurs ceintures, tant pis, mais ils ne prendront pas de risques inutiles. »

Le 1er juin, en l’absence de Beterbiev, blessé, la Libye a vu Malik Zinad le remplacer face à Bivol, mais ce dernier a été arrêté en six rounds. Revenant sur cette confrontation, Azeez a ajouté : « Après avoir observé Bivol, je ne sais pas s’il pourra encaisser la puissance de Beterbiev. Malik a fait une prestation correcte, il a tenté sa chance. »

Azeez continue en disant : « Craig Richards et Lyndon Arthur, deux anciens adversaires de Bivol, ont tenu la distance sans être arrêtés, mais je ne crois pas qu’ils se soient véritablement surpassés. Malik, lui, y est allé avec l’intention de gagner. En prenant ce risque, on s’ouvre à des dangers, mais c’est ainsi qu’on devient grand. Je lui donne tout mon respect. Peu importe qu’il n’ait pas tenu tous les rounds. Il a osé, et bien qu’il ait échoué, il reviendra plus fort. »

À noter, un kilogramme équivaut à environ 2,205 livres, ce qui signifie que la catégorie des poids mi-lourds connaît des combattants pesant jusqu’à 79,38 kg. Les prochains mois seront cruciaux pour Beterbiev alors qu’il se prépare à ce qui pourrait être l’un des combats les plus décisifs de sa carrière.

Trending